Tom Critiques de Films 0 Réaction

Dans la Brume, avis et critiques du film

Dans la brume affiche plusieurs similitudes avec The Mist de Stephen King. Cependant, il affiche une personnalité particulière. Ce film du québécois Daniel Roby attache le spectateur pendant 1 h 29 min. Ce film nous fait monter une tension constante. Il a aussi une mise en scène parfaite. Dans la brume tient en haleine le spectateur. Si les films français ont des effets spéciaux ratés, ce film prouve le contraire. Même si Daniel Roby manque de budget, il le comble avec l’émotion. Le suspense et le spectacle prenant prouvent aussi une chose. Cela prouve donc que ce film est attrayant.

Dans la brume, affiche du film

Histoire du film

Nicolas Duval-Adassovsky, d’origine Française est le producteur. Il a transmis le projet à Daniel Roby. Ce dernier au début avait peur des idées du scénario. Cependant, il a assez vite accepté de faire la mise en scène. Il affirme qu’il a fait des modifs. En effet, il a modifié un peu le tournage et le canevas de base. Guillaume Colboc et Guillaume Lemans l’ont aussi aidé à produire le film. C’est d’ailleurs lui qui a inventé les héros. En effet, c’est lui qui a développé leurs caractères et leurs défauts. Toutefois pour le reste, il a tout laissé tel quel. C’est la raison pour laquelle le suspense et l’angoisse sont intenses.

Ce film d’angoisse joué à Paris est plein d’émotions. Paris étant alors utilisé pour le décor. Ils en ont ainsi fait un endroit chaotique. Dans la brume est un scénario de Guillaume Lemans. Ce dernier a aussi écrit d’autres films FR fantastiques. Pour ce long métrage, Daniel Roby livre un film de suspens étonnant. Il est très intime aussi. Vous verrez des images inouïes et irréelles. Grâce à cela, la capitale française se voit inondée d’une brume. Ceci jusqu’en haut des immeubles. Cette étrange et épaisse brume toxique a inondée Paris après un séisme.

Synopsis détaillée

La brume a lieu peu de temps après l’arrivée de Mathieu à Paris. Elle a envahi la capitale d’un coup. Les populations perdues se réfugient donc au dernier étage des maisons. Ils voient alors que cette brume ne dépasse pas une certaine hauteur. Les victimes pensent être à l’abri. Cependant, elles vont faire face à de nouveaux problèmes. En effet, elles n’ont ni à manger, ni à boire et sans électricité. Vient s’y ajouter le fait que les secours ne viendront pas.

Mathieu décide donc de tout faire pour survivre avec sa famille. On découvre le prix que les parents sont prêts à payer pour leur famille. Les sentiments et la peur face à un danger vont arriver. Sauver leur fille tout en survivant est le premier but de ce couple. Dans ce film, on remarque aussi les efforts que le couple fait pour réussir. Ils savent y faire et cela se voit.

Dans cette intrigue, un couple séparé pense sauver leur fille. En effet, elle a une maladie rare. Parce que cette maladie est grave, la fille vit dans un caisson stérilisé. Elle s’isole donc du monde extérieur. Ce qui se traduit par un mélange d’émotion. En effet, le couple a décidé de foncer dans la brume avec leur fille. Ceci dans le but de survivre.

Cette histoire inouïe est un très beau conte. Ici, tout le monde peut donc s’identifier. C’est un film touchant, prenant et ambitieux. Sa date de sortie était donc le 4 avril 2018 en France.

Fiche technique de ce long métrage

  • Titre FR: Dans la brume.
  • Titre original: Just a Breath Away.
  • Réalisation: Daniel Roby.
  • 1er assistant réalisation: Bonnie Pirès.
  • Scénario: Jimmy Bemon, Guillaume Lemans, Mathieu Delozier.
  • Idée originale: Dominique Rochers et aussi Guillaume Lemans.
  • Direction artistique: Renald Cotte-Verdy.
  • Chef décorateur: Arnaud Roth.
  • Décoratrice: Nathalie Deschamps.
  • Costumes: Nathalie Benros.
  • Chef monteur: Stan Collet mais aussi Yvann Thibaudeau.
  • Cadreur: Fabrice Sebille.
  • Photographie: Pierre-YvesBastard.
  • Casting: Gigi Akoka, Valérie Espagne, Claire Andrieu.
  • Ingénieur son: Antoine Deflandre et Matthieu Autin. Mais aussi, Aymeric Devoldère et Vincent Cosson.
  • Compositeur: Michel Corriveau.
  • Effets musicaux: Matthieu Sibony.
  • Régisseur général: Grégory Bruneau.
  • Effets spéciaux: Georges Demetrau.
  • Effets visuels: Bruno Maillard.
  • Cascades: Serge Beuchat.
  • Chef coiffeur: Balthazar Gagola.
  • Chef maquilleur: Françoise Quilichini.
  • Pays d’origine: France/ Québec.
  • Langue originale: Français.
  • Format: couleur.
  • Genre: science-fiction.
  • Date de sortie: 4 avril 2018 en France et en Suisse romande.

Production

  • Directeur de la production: Grégory Valais.
  • Directrice post-production: Anne-Sophie Dupuch.
  • Producteur: Duillaume Colboc, et Guillaume Lemans. Nicolas Duval Adassovsky et Christian Larouche.
  • Producteur associé: Adrien Kamir et Delphine Clot. Margaux Dourdin et aussi Foucauld Barre.

Distribution

  • Attaché de presse: Sandra Cornevaux, Delphine Blazy.

Sociétés de production

  • Quad Films.
  • Section 9.
  • Esprits Frappeurs.

Sociétés de coproduction

  • Atitlan.
  • TF1 Studio.
  • TF1 Films Production.
  • Christal Films.
  • Ten Films.
  • Mitico.

Sociétés de distribution et d’exportation mondiale

  • TF1 Studio.
  • Distributeur France.
  • Mars Films.

Rôle et Acteurs

Avec Olga Kurylenko et Romain Duris

  • Mathieu: Romains Duris
  • Anna: Olga Kurylenko.
  • Sarah: Fantine Harduin.
  • Lucien: Michel Robin.
  • Colette: Anna Gaylor.
  • Noé: Réphaël Ghrenassia.
  • Charlotte: Erja Malatier.
  • Policier ivre: Alexis Manenti.
  • M. Belkacem: Maurice Antoni.
  • Jeune soldat: Robin Barde.

Distribution des rôles

Le casting pour Romain Duris a eu donc lieu en 2 étapes. En premier il y a eu un casting fin septembre 2016. Ensuite, en décembre 2016, le réalisateur découvre une chose intéressante. Il découvre qu’Olga Kurylenko peut aussi jouer en français. Il l’a ainsi engagée pour qu’elle interprète le rôle principal du film. Ce n’est qu’en avril 2017 que Fantine Hardiun entre en scène. En effet, c’est là qu’il rejoint les deux acteurs principaux. Cela a eu lieu en pleine période de révélation. Lors de la sélection officielle du Festival de Cannes. Fantine joue ainsi dans le film Happy End de Micheal Haneke.

Tournage du film

Le tournage du film débute donc par des prises de vues dans un studio. Ce dernier se trouve alors à Saint-Ouen-l’Aumône. C’est là que la brume envahissant les rues de Paris se fait créer. Les studios de Bry-sur-Marne se chargent de la fumé dans les immeubles. Le tournage a aussi eu lieu dans la rue Danielle-Casanova. L’intro de la première partie se fait donc à Montréal. Aussi, le tournage s’est fait avec de la vraie brume. Cependant en hauteur, on utilise de la brume en 3D.

C’est une coproduction entre le Canada et la France. « Dans la brume » a lieu à Paris. Un tremblement de terre subite aura lieu. Cela
va vite empirer lorsqu’un gaz mystérieux va recouvrir la ville. Personne ne sait d’où vient ce gaz. Cependant, il est clair que ce gaz n’est pas une bonne nouvelle. Il tue les gens en très peu de secondes. La ville entière de Paris se trouve bloqué au complet.

Mathieu, habite juste en face de sa fille et de son épouse. Dès que le séisme et que le gaz frappe, ils se précipitent chez eux. Cela pour s’assurer que tout va bien. Le gaz est opaque et lourd. Le chemin menant en haut du bâtiment sera donc leur sécurité. Mais il y a un problème.

Leur fille, Sarah, est atteinte d’une maladie rare. Cette maladie l’oblige à vivre dans une capsule totalement contrôlé. C’est un peu plus sophistiqué que dans l’autre film mais dans le même sens. Pour cette raison, Sarah est en sécurité au deuxième étage. Cependant, elle ne peut pas se faire évacuer vers un endroit plus sûr.

Avis et critiques

La majorité du film cible la survie. Les héros ont besoin de nourriture et d’énergie. Cependant, la santé de Sarah ajoute une nouvelle série de défis. Sa capsule, étanche, tient le gaz en dehors. Par contre cette capsule nécessite aussi des batteries et des piles. Ses parents prennent donc un gros risque chaque fois qu’ils lui rendent visite. En effet, pour la voir, ils doivent rentrer dans le nuage de gaz toxique.

Visuellement, le film construit une menace toujours présente. Cette dernière se fait décrire avec beauté et simplicité. Le gaz épais ressemble à une rivière blanche. Cette dernière a envahi Paris. Elle traverse toutes les rues. Tandis que nos héros sont sur les balcons et les toits, la ville semble paisible. Et c’est ce que met le film en valeur: la paix.

Dans la brume utilise aussi des angles de caméra uniques. Cela à pour but d’accentuer le sentiment de malaise. Mais aussi celui de la désorientation. Paris n’est plus ce que nous connaissions. Les plans vus du ciel des rues sans vie de la ville la rendent plus étrangère qu’avant. Ces tentatives veulent montrer différentes perspectives de la ville. Parfois, cela parait un peu bizarre. Surtout lorsqu’elles interrompent le déroulement de l’intrigue. Un effet déroutant aurai pu être nécessaire. Cela aurai plus éloigné la réalité du film de notre propre monde.

Certaines émotions sont un peu olé. On arrive aussi a prévoir la fin du film. Dans la brume est un bon film sur la fin du monde telle que nous l’a prévoyons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *